Le forum des étudiants en psychologie


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 cas clinique

Aller en bas 
AuteurMessage
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: cas clinique   Sam 5 Sep - 7:51

:smile: bonjour, qui se souvient de ce "psy" qui est resté célèbre dans la littérature pour la qualité, la finesse et la précision des cas cliniques qu'il nous a laissé ?
quelqu'un a-t-il des trucs à me donner pour la rédaction d'un cas ? y a-t-il des règles particulières? où les trouver? etc?? merci d'avance!! Very Happy :hi:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara
CO-ADMINISTRATEUR
CO-ADMINISTRATEUR
avatar

Féminin
Messages : 2965
Age : 32
Lieu : Sud
Niveau d'études : Deug Psychologie
Licence Sciences de l'éducation

Emploi/Passions : Esthéticienne

MessageSujet: Re: cas clinique   Lun 7 Sep - 6:58

Je déplace ton sujet dans la rubrique entraide :wink1:

_________________
Lara (Admin)
La verité que tu portes en toi vaut bien plus que toutes celles établies, alors va où ton coeur te portera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 12:06

C'est une blague ou c'est vrai? impossible de trouver un stage en Meuse pourtant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 12:07

zut! ce n'est pas là que je voulais que mon sujet aille. c'était une réponse au fait qu'il y avait de la demande de stagiaires dans le 55
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara
CO-ADMINISTRATEUR
CO-ADMINISTRATEUR
avatar

Féminin
Messages : 2965
Age : 32
Lieu : Sud
Niveau d'études : Deug Psychologie
Licence Sciences de l'éducation

Emploi/Passions : Esthéticienne

MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 18:20

creepie a écrit:
zut! ce n'est pas là que je voulais que mon sujet aille. c'était une réponse au fait qu'il y avait de la demande de stagiaires dans le 55

Ben Elissa cherche des stagiaires dans le 55 me semble t-il mais est-ce qu'elle prend les L3, je ne crois pas, demande lui confirmation

_________________
Lara (Admin)
La verité que tu portes en toi vaut bien plus que toutes celles établies, alors va où ton coeur te portera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 19:06

merci pour l'info. au fait, super, ce site et top le fait qu'on soit prévenus par mail des sujets qu'on suit!!! bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elissa
Psychonaute Fidèle
Psychonaute Fidèle
avatar

Féminin
Messages : 590
Age : 37
Lieu : Lorraine
Niveau d'études : Doctorat

Emploi/Passions : Psychologue (EMP - SESSAD - CEP - ITEP - IRTS)

MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 19:35

Si, c'est largement possible de trouver des stages en Meuse!
Tu veux le faire dans quel domaine de préférence?
Tu as un véhicule?
Tu habites où?
Tu peux aller dans le nord, le sud?

(avec toutes ces questions (et leurs réponses, surtout!), je pourrais te répondre!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elisemarchetti.fr.gd
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Mar 8 Sep - 20:00

pour cette année, je suis prise à Legouest du coup mais je cherche déjà pour l'année prochaine. j'ai effectivement une voiture et j'habite à Verdun mais j'ai aussi 2 filles donc je dois me caler sur des horaires de jour et pas trop loin de chez moi. Domaine ouvert, tout est à connaitre, même si à terme je voudrais travailler en thérapies de soutien. j'ai postulé en cmpp, ils ne prennent qu'à M2 et à la maison d'arrêt mais pas de réponse et à l'hopital psy mais ils n'ont pas le temps et le seul qui prend en hopital civil est déjà complet pour 2 ans. ça limite! mais si tu as des pistes je suis super intéressée pour assurer un M2 gérable à démarrer dès juin. merci en tous cas d'avoir déjà répondu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elissa
Psychonaute Fidèle
Psychonaute Fidèle
avatar

Féminin
Messages : 590
Age : 37
Lieu : Lorraine
Niveau d'études : Doctorat

Emploi/Passions : Psychologue (EMP - SESSAD - CEP - ITEP - IRTS)

MessageSujet: Re: cas clinique   Jeu 10 Sep - 12:33

@ Creepie:
Si je comprends bien, tu recherches un stage pour ton M2? (auquel cas, tu ne commencerais pas ton stage en juin 2010, mais en février - mars 2011)

Voilà la situation: sur la structure où je bosse à Stenay, je suis effectivement en congé parental jusque décembre; ce qui signifie que je reprendrai mon poste en janvier. Je peux te donner un accord de principe si tu souhaites effectuer un stage (supplémentaire par rapport au stage que tu réalisés déjà à Legouest) à mes côtés de janvier à juin-juillet (de principe, seulement, car je souhaite quand même renconter une fois les personnes avant). J'y travaille les jeudi et vendredi.
Pour un stage pour l'année 2010-2011: le souci est que je vais passer le concours de la FPH. Je ne sais donc pas si je vais rester sur ce poste en 2010 (à mon grand regret, car j'adore le travail que j'y fais et les conditions de travail son top!). D'autre part, j'y suis présente à mi-temps, et en général, les stages de M2 se font en temps plein.

Et sinon, voilà les infos:
il s'agit donc d'un établissement qui contient 2 structures: un externat médico-pédagogique et un service d'éducation et de soins spécialisés à domicile. L'EMP accueille 15 enfants âgés de 6 à 14 ans (selon notre agrément, mais les jeunes accueillis ont plutôt entre 8 et 12 ans), qui présentent une déficience intellectuelle (et tous les troubles associés: psychose infantile, troubles autistiques, troubles du comportement, troubles névrotiques...); les professionnels de l'EMP sont: 2 profs des écoles, 3 éducs, une psychomot, une ortho (poste de vacant), une psychologue, un psychiatre.
Le SESSAD accueille 8 jeunes âgés de 0 à 20 ans (mais nous accueillont plutôt des ados), qui présentent une déficience intellectuelle et/ou des troubles de la conduite et du comportement. Les professionnels sont: une prof des écoles, une éduc, une psychomot, une ortho (poste vacant), un psychiatre.

Mon boulot consiste en 3 grands aspects:
- évaluation et bilans (synthèse auprès des équipes, partie rédactionnelle et administrative)
- thérapies (psychothérapies individuelles de type psychanalytique, de type comportemental, basées sur la relaxation et la sophrologie, art-thérapie, groupes thérapeutiques)
- travail institutionnel.

Voilà en gros ce que je peux te proposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elisemarchetti.fr.gd
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Sam 12 Sep - 8:17

Bonjour, merci d'abord:
1/ de répondre, tout le monde n'a pas cette politesse, (je ne parle pas de ce site mais des psys que l'on contacte pour essayer de trouver un stage)
2/ pour l'offre de principe. il faudra que l'on se rencontre évidemment et ce sera avec plaisir.
Ton travail tel qu'il est décrit présente plusieurs volets que je souhaite découvrir ou approfondir, notamment interpréter un bilan, et certaines approches thérapeutiques tout particulièrement.
Tes jours conviendraient a priori idéalement.
Sous réserve de pouvoir matériellement gérer l'emploi du temps sans devenir folle, j'accepte donc avec plaisir cette opportunité en complément de mon stage à Legouest.
Si les hasards des vents t'amènent vers Verdun ou sur Metz à l'occasion, nous pourrions aller boire un verre. sinon, je serai à ta disposition quand tu le jugeras nécessaire. Je te fais parvenir mes coordonnées. Dans tous les cas, encore une fois, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
creepie
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 20
Age : 49
Lieu : metz
Niveau d'études : M1 Psycho santé


MessageSujet: Re: cas clinique   Sam 12 Sep - 8:21

Au fait, je confirme mon intention de commencer mon stage de M2 dès juin 2010, c'est à dire dès que j'aurai fini mes exams de M1. Mais c'est vrai que ce n'est pas pour tout de suite: il y aura quelques exploits à réaliser avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nouel
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 29
Age : 41
Lieu : Reims
Niveau d'études : L3


MessageSujet: Re: cas clinique   Mer 28 Nov - 17:34

je souhaiterai partager avec vous ce cas clinique
que pensez vous de la structure?

Observation de Marie
Une jeune femme se présente à l’hôpital en disant d’appeler Wolf, avoir 23 ans et être sans papiers d’identité. Elle se plaint d’une gêne d’élocution et de mastication et d’une contracture cervicale gauche indolore entraînant une attitude vicieuse de la tête.
Elle est hospitalisée et le bilan somatique s’avère normal, les médecins notent un certain théâtralisme et une mythomanie probable.
Elle raconte que sa mère, abandonnée par un soldat allemand, s’est suicidée par désespoir; qu’elle-même a été élevée par des religieuses et qu’elle a récemment eu ses premiers rapports sexuels avec un jockey.
Elle porte d’ailleurs une casquette de jockey, un pantalon moulant et un chemisier à larges bandes de couleurs vives.
Dans le service, elle est perçue comme une jeune fille isolée et malheureuse. Un jour, lors d’un entretien avec une jeune externe, elle éclate en sanglot, se jette dans ses bras et l’embrasse en lui disant qu’il a de la chance d’avoir une mère.
Elle est orientée vers une consultation psychiatrique. Sa présentation est encore plus spectaculaire : elle se tient la nuque à pleines mains parce que dit-elle, elle ne peut plus tenir la tête droite. Elle porte des lunettes noires parce que ses paupières se ferment de manière incoercible. La parole est saccadée, comme explosive, la main gauche est recroquevillée en flexion.
Elle raconte à nouveau son expérience sexuelle en ajoutant qu’elle a mené pendant l’été une vie de débauche (flirt, boîtes, tabac, whisky).
Elle entre dans le service de psychiatrie. Elle s’agite beaucoup et menace de se suicider. Elle est anxieuse et a des conduites bizarres : elle chevauche son oreiller et urine dessus. Elle se vante d’avoir avalé un stylo, ce qui, après, vérification s’avère faux.
Elle tente désespérément de capter l’attention des médecins. Elle demande à sortir pour fumer et boire du whisky. Sa demande étant refusée elle annonce qu’elle a avalé une brosse à dent.
Cette fois-ci on doit pratiquer une intervention pour retirer l’objet qu’elle avait en effet avalé.
De retour dans le service, elle continue à demander de l’affection, de l’intérêt. Elle est exigeante, parfois grossière. Les symptômes somatiques persistent. Elle avoue lors d’un entretien qu’elle a menti, elle s’appelle Marie-Laure. Elle est orpheline de mère et a été élevée par des religieuses jusqu’à l’âge de 17 ans. Puis elle a été hospitalisée à 20 ans et s’est enfuie de l’hôpital. Tous ces renseignements s’avèrent exacts.
Suite à cet aveu, son comportement se normalise, mais des mouvements anormaux apparaissent au niveau de la tête.
On apprend que sa mère est morte jeune, de tuberculose. Son père est un paysan, frustre, alcoolique. Marie-Laure est l’aînée d’une fratrie de deux filles. Elle a été confiée à des religieuses avec sa soeur dès son plus jeune âge. Elle n’a jamais connu ses parents.
Dans son enfance, on note une énurésie pré-pubertaire. Elle garde un mauvais souvenir de l’orphelinat qu’elle décrit comme sévère, triste et pesant pour elle. A 14 ans, elle menace de se jeter par la fenêtre. A 15 ans, elle quitte le pensionnat et devient employée de maison. Elle connaît alors un homme de 30 ans de plus qu’elle avec qui elle a ses premières relations sexuelles.
Suite à épisode malheureux, elle connaît une instabilité professionnelle et affective.
À 20 ans, elle est soignée par un psychiatre parce qu’elle se sent déprimée, n’a de goût à rien et se sent inutile. Elle se lave aussi fréquemment les mains.
Sous anti-dépresseurs, elle fait deux jours plus tard une tentative de suicide et est hospitalisée. Sa présentation élégante est hautaine et maniérée.
Elle raconte sa vie aux médecins. C’est un vrai roman, mais les versions sont fluctuantes. Elle dit venir d’un milieu riche, être très brillante, cultivée. Elle a des relations dans le milieu culturel etc...
Elle raconte des aventures amoureuses avec des hommes riches qui ont de belles voitures et des situations importantes. Après avoir passé la nuit avec l’homme en question, elle dit le quitter au petit matin.
Elle est déçue par les expériences physiques. Ce qu’elle recherche avant tout, c’est l’amitié.
A 18 ans, elle éprouve le besoin de voir son père. Elle débarque chez lui et découvrant cet homme vivant sordidement et alcoolique, elle s’enfuit épouvantée et ne voudra plus le voir.
Quelques jours après son hospitalisation, elle tient à partir et vit une mésaventure avec un jeune homme qui la bat et la vole. Elle se réfugie au commissariat ou elle avale quinze cachets pour calmer son angoisse.
Puis elle travaille dans un bar mais s’en lasse au bout de deux mois. Elle vole de l’argent à sa soeur et part en auto-stop. L’automobiliste qui la prend la trouve si bizarre qu’il la dépose à l’hôpital.
Elle a une crise d’agitation. On la place en psychiatrie. Durant ce séjour, alternent un semi-mutisme d’opposition et d’agitation avec des tentatives de suicide.
Trois mois passent et son état s’améliore. Elle est placée comme vendeuse, et regagne l’hôpital le soir. Deux mois plus tard, ayant rencontré un garçon, jockey, elle ne rentre pas à l’hôpital.
Marie-Laure raconte que ce garçon la fait boire. Le jour où il ne vient pas au rendez-vous, elle est effondrée et parcourt les rues, en larmes et décide de rentrer à l’hôpital en auto-stop.
Elle écrit à sa soeur pour l’informer de sa décision de se faire soigner dans un autre hôpital. Elle dit être lucide sur le fait que ses “ nerfs s’emparaient d’elle à nouveau “.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nouel
Nouveau Psychonaute
Nouveau Psychonaute
avatar

Féminin
Messages : 29
Age : 41
Lieu : Reims
Niveau d'études : L3


MessageSujet: Re: cas clinique   Mer 28 Nov - 18:47

coucou snif snif
y a quelqu'un qui voudrait bien échangé avec moi sur le cas de marie...
hel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cas clinique   

Revenir en haut Aller en bas
 
cas clinique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des étudiants en psychologie :: 
ETUDIANTS DE METZ
 :: ENTRAIDE / QUESTIONS DE COURS
-
Sauter vers: